Malaise des infirmiers libéraux : ma question au Ministre délégué à la santé

À l’occasion de la séance des Questions au Gouvernement du mardi 5 mars 2024, j’ai interpellé M. Frédéric Valletoux, Ministre délégué chargé de la santé et de la prévention, sur l’avenir de la profession d’infirmier libéral.

Les infirmières et infirmiers libéraux sont les maillons essentiels de la chaîne de soins et de l’accès à la santé dans tous les territoires, et notamment auprès des patients âgés, isolés ou dépendants. Leur dévouement et leur implication sont remarquables.

Malheureusement, leur profession est en grande souffrance et leur exaspération, restée souvent silencieuse, est arrivée à son comble.

J’ai reçu, au sein de ma permanence parlementaire, plusieurs délégations d’infirmières libérales des Alpes-Maritimes venues m’exprimer leur immense désarroi face au manque de reconnaissance de leur travail et l’absence de revalorisation de leurs missions. Leurs nombreux témoignages convergent pour exprimer un profond malaise et 60% d’entre eux envisageraient même, à regret, de quitter leur profession dans les cinq ans à venir.

Après avoir saisi par courrier les précédents ministres de la santé sur cet important sujet, notamment François Braun et Aurélien Rousseau, et n’avoir obtenu aucune réponse de leur part, j’ai donc décidé d’interpeller oralement le Ministre délégué nouvellement nommé, Mr Frédéric Valletoux.

Qu’il s’agisse de la revalorisation de leurs actes, de l’indemnisation correcte de leurs déplacements, mais aussi de la reconnaissance de la pénibilité de leur métier pour un départ anticipé en retraite, les infirmiers libéraux attendent des propositions concrètes répondant à leurs revendications.

Malheureusement, et oserais-je déclarer que nous y sommes habitués avec les gouvernements successifs d’Emmanuel Macron, la réponse du Ministre n’a pas été à la hauteur des enjeux de la pérennité de cette profession.

L’ensemble de notre système de santé est en danger depuis des années et tend vers une « ubérisation généralisée ». Aux hôpitaux, services d’urgence, soins de ville, déserts médicaux, pénuries de médicaments, s’ajoute maintenant cette nouvelle crise majeure de santé publique : celle des infirmiers libéraux qui n’obtiennent aujourd’hui aucune réponse à leurs revendications sauf à entendre que leurs problèmes seront résolus par la création de commissions, de groupes de travail… mais avec quelle issue ?

Retrouvez mon intervention orale dans la vidéo ci-dessous :

 

Nos derniers articles