Conférence sur le thème de la LPM face aux enjeux géostratégiques

J’ai assisté, le 5 mars 2024 à l’Assemblée nationale, à une conférence organisée par le cercle de Valmy et présentée par Léo PERIA-PEIGNE, chercheur à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI).

Nous avons débattu de la Loi de Programmation Militaire (LPM) face aux enjeux géostratégiques.

A cette occasion, j’ai notamment rappelé que si les ambitions initiales étaient élevées, la Loi de Programmation Militaire adoptée en août 2023 ne nous permet pas de nous préparer correctement aux nouvelles menaces et à la dégradation inquiétante du contexte géostratégique :

  • Un accroissement de l’instabilité en Afrique dans un contexte de défiance croissante vis-à-vis de la France et une augmentation de la mouvance djihadiste internationale. Or la France continue d’avoir de nombreux intérêts sécuritaires et économiques en Afrique où elle doit protéger de très nombreux ressortissants.
  • La guerre en Ukraine : l’agression russe en Ukraine fait craindre une possible escalade dans ce conflit et il a pris une nouvelle dimension suite aux déclarations du Président de la République d’envisager le déploiement de troupes sur le sol ukrainien.
  • Le basculement vers l’indopacifique :  la France doit défendre ses intérêts dans les outre-mer et réaffirmer sa position face aux ambitions de la Chine (sécurité, défense, développement économique, environnement, défense des droits de l’homme).

En cause : l’absence de priorisation, de choix qui conduit davantage à une continuation plutôt qu’à une véritable transformation capacitaire. Si l’effort financier voté dans la LPM est réel et permettra de renouveler les capacités essentielles en matière de dissuasion et de capacités de combat, permet-il d’aller plus loin et d’être en adéquation avec la déclaration du Président de la République d’entrer dans « une économie de guerre » ?

Nos derniers articles